LOADING

Croatie

13/05/2019

En Août-Septembre 2017 nous sommes partis, ma copine et moi, en Croatie pour huit jours. La Croatie a une forme de croissant ce qui fait qu’elle possède des frontières avec la Slovénie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro. Au programme de ces huit jours : Split, Plivitce, Zadar, l’île de Mljet et enfin Dubrovnik. Pendant ce court périple, je suis parti avec un reflex argentique : le Pentax P50 et un 50mm. Un appareil a la valeur sentimentale, qu’un ami photographe m’a offert. Une première pour moi de partir seulement avec un appareil photo argentique. Jusque là en vacances je partais avec un Canon 7D et un 17-40mm f4 et le 50mm.

Le 28 Août nous arrivons à Split, ville médiévale aux petites rues pavées au bord de la mer. La chaleur est écrasante. A la sortie de l’aéroport, on récupère notre voiture de location, et nous ne nous attardons pas trop à Split pour partir le soir directement aux abords du Parc de Plivitce.
29 Août, nous allons à la découverte du Parc de Plivitce à l’intérieur de la Croatie. D’innombrables lacs et cascades se perdent aux milieux des forêts denses. L’eau des lacs varient du bleu translucide au vert plus profond. Limité par la focale que j’ai apportée, je n’arrive pas à faire de photos convenables. Le 50mm n’est pas assez grand angle, c’est assez frustrant. En plus, les rayonnements UV du soleil écrasant font que mes photos manquent de piqué.

30 Août, Zadar. Retour à la mer, cette petite ville aux couleurs chaudes et aux marchés abondants est réputée pour son coucher de soleil. En effet celui-ci a été décrit par Alfred Hitchcock comme le plus beau des couchers de soleil. Après avoir vagabondés un peu dans la ville, nous faisons notre première baignade sur le quai. Le soir venu, on s’assoit sur ce même quai sous lequel sont construites des orgues musicales par un architecte. Lorsque les vagues percutent la digue, l’eau pénètre dans des tuyaux pour en chasser l’air et ainsi produisent des sons. Le soleil se couche accompagnée de cette mélodie. Sur le quai je fais ma meilleure photo du voyage, je pense. Des gens se baignent simplement. Tout s’aligne quasi parfaitement. Les affaires étalées de la dame au dos bronzés sont éparpillées avec harmonie. Seul regret le mouvement de l’eau au niveau de son visage.

31 Août, Split, encore. Après avoir effleuré cette ville la première fois, nous revenons pour retourner la voiture de location. Nous faisons le tour des lieux ont été tournées des scènes de Game of Thrones. Pauline est aux anges. Et le soir on profite de la vie nocturne autours de quelques bières.

1er et 2 Septembre, l’Île de Mljet (à prononcer mliette si vous y arrivez). Petite île paisible loin des touristes que nous rejoignons en ferry. Nous louons une splendide Fiat Punto jaune décapotable. Mljet est petite et son tour se fait rapidement. Les paysages sont splendides et notre logement est un havre de paix, petit lui aussi caché de la route au détour de multiples chemins. La grotte de Calypso nous permet de profiter de la mer en sautant à pieds joints dedans depuis les hauts rochers. Ce qui me rappelle les sorties avec ma sœur Julie et son copain Pierre où l’on sautait depuis de petites falaises à Malte. L’eau ici encore est quasi transparente et parsemés de bleus profonds. A l’extrémité Ouest de l’île nous avons visité un immense parc naturel dans lequel se trouve un lac dont nous faisons le tour.

3 et 4 Septembre, Dubrovnik, toujours sur les traces de Game of Thrones. Dubrovnik est une ville fortifiée dont le centre est principalement piéton. La ville peut se visiter en seulement une journée de par sa taille. La deuxième journée sur place est un peu longue, d’autant plus que Pauline souffre d’une intoxication alimentaire. Encore une fois je fais une de mes meilleures photos sur le quai où les gens se baignent en bordure de la ville. Des affaires sont accrochées aux remparts de la ville. Une marinière, une serviette, une paire de lunettes et un livre. Les vacances.

Aussi frustrant que fut l’expérience de n’avoir que le 50mm, je suis content de deux photos, ce qui n’est pas si mal sur quatre pellicules. Cela m’a motivé à continuer à emporter un petit reflex argentique en vacances. Il faut que j’investisse dans un plus grand angle pour être moins frustré face à paysages. J’ai fait deux erreurs par contre. La première fut d’acheter une pellicule à la sensibilité peu polyvalente (ASA 200). La deuxième ne pas demander de scan à mon laboratoire d’où la piètre qualité des scans ici. Je pensais utiliser l’Imacon au studio Pin-Up dans lequel je travaille, mais je n’ai jamais pris le temps.